HYPNOSE

Dessin © not much to say

L’hypnose évoque chez la plupart des gens l’emprise, la manipulation, le spiritisme, etc. La faute aux émissions télé notamment qui popularisent l’image d’un hypnotiseur showman plus proche du magicien de cirque que du thérapeute. Il s’agit pourtant d’une technique utilisée très officiellement et très couramment dans de nombreux domaines de soin (arrêt du tabac, anesthésie, etc.).

Une étude médicale israélienne de 2006 menée sur 89 couples ayant subi une séance d’hypnose d’une dizaine de minutes au moment de l’implantation a montré un taux de grossesse presque doublé (de 30,4% à 58%) comparativement au groupe test. L’l’hypnose est une technique puissante pour relaxer, détendre et/ou dénouer des blocages d’ordre psychologique liés au traitement (peur des aiguilles, phobie des salles d’opération, etc.) ou à la grossesse.

Logo_5things_1L’hypnose se caractérise par un état de conscience modifiée, un état de veille où les choses sont perçues autrement. Depuis la seconde moitié des années 90, cet état a été identifié et caractérisé en imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle et PET-Scan), attestant ainsi scientifiquement de son existence réelle.

Logo_5things_2

Choisir d’être en état d’hypnose avec l’aide d’un praticien, c’est reproduire intentionnellement cet état de conscience avec un objectif qui varie selon le cadre dont il est question (détente, soin, évolution personnelle…).

Logo_5things_3Il existe deux écoles complémentaires. La première, traditionnelle est basée sur la suggestion. La personne face à l’hypnotiseur subit des injonctions verbales, visuelles et corporelles. Pratiquée jusqu’à Freud, cette technique part du postulat suivant : si l’on suggère à un patient de guérir, il peut guérir. Aujourd’hui encore, les hypnotiseurs de spectacle qui s’amusent à endormir une salle entière, relèvent de cette école.

Logo_5things_4La deuxième, l’hypnose Ericksonienne, sollicite la participation active du patient. Il s’agit plus d’un état de profonde relaxation, pendant lequel le patient va pouvoir s’exprimer librement. Le thérapeute utilise des métaphores, c’est-à-dire un langage symbolique, pour guider l’inconscient du sujet et l’amener à trouver lui-même les solutions à ses problèmes.

Logo_5things_5Dans le cadre d’un accompagnement par l’hypnose durant une PMA, les deux outils les plus utilisés sont la visualisation (un champ de blé en train d’être cultivé) et la futurisation (un nid douillet avec un bébé dedans) afin de donner des orientations, une programmation positive de l’inconscient.

[source : santé magazine ]

« On commence par faire un bilan d’infertilité sur le plan médical pour vérifier qu’il n’y a pas de cause connue. Puis, je demande à la patiente comment elle explique ce blocage. Certaines ont l’impression que les parois de leur utérus sont trop lisses et que l’embryon ne peut pas s’accrocher. Pour d’autres, la conjonction de la rencontre entre le spermatozoïde et l’ovule leur paraît trop compliquée », explique le Dr Jean-Marc Benhaïem, membre de l’Association française pour l’étude de l’hypnose médicale.

A partir de là, la patiente est mise sous hypnose. Elle accepte de perdre le contrôle et de se laisser aller, guidée par la voix du thérapeute. « Je pars des croyances ou des sensations propres à chaque patiente. Par exemple, je l’amène à imaginer que la muqueuse de l’utérus crée un nid pour accueillir l’embryon. Avec celles qui ont la sensation d’être nouées, on essaie de relâcher et de desserrer le ventre », précise le Dr Benhaïem.

En général, trois séances sont proposées, à une semaine d’intervalle. Chacune dure environ 45 minutes. Elles peuvent avoir lieu à n’importe quel moment du cycle menstruel. « Mais si après trois cycles, il ne s’est rien passé. Il vaut mieux arrêter », conseille le Dr Benhaïem.

Les médecins israéliens supposent que l’hypnose pourrait aider l’utérus à rester relaxé, facilitant ainsi l’implantation de l’embryon. Autre hypothèse avancée par les auteurs : l’hypnose pourrait entraîner des modifications dans les fonctions immunitaire et/ou hormonale se traduisant par une amélioration des interactions entre l’embryon et la muqueuse utérine. 

L’hypnose permet également de diminuer la perception de la douleur et de mieux contrôler ses pulsions d’addiction (tabac par exemple).

[ source : santé magazine ]

Selon le Dr Paul Cohen-Bacrie, biologiste de la reproduction et directeur du laboratoire d’Eylau (Paris)Chez les femmes qui ont un col de l’utérus légèrement coudé, l’effet relaxant de l’hypnose aide à le redresser, ce qui favorise l’implantation et améliore sans doute le taux de réussite. L’hypnose se pratique déjà dans des centres d’assistance médicale à la procréation (AMP) en Suisse, en Autriche et en Allemagne.

(…)

En agissant sur des blocages inconscients, l’hypnose peut contribuer à augmenter les chances de tomber enceinte.

Certaines femmes sont particulièrement concernées :

– Vous avez peur de la grossesse, de l’accouchement et de ne pas être une bonne mère.
– Vous êtes hyperactive et débordée de travail : il ne reste pas beaucoup de place dans votre emploi du temps pour l’arrivée d’un bébé.
– Vous cherchez à tout contrôler, y compris la rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde.

[Céline Rousseau – mai 2016]

J’ai consulté à une seule reprise en 2015, dans le cadre d’un accompagnement du traitement AMP, un médecin qui pratiquait l’hypnose éricksonienne au CHU de Nîmes. J’avais eu à deux reprises des crises d’angoisse lors de visites à l’hôpital et la psychologue du service AMP, Dr Gazeilles, m’avait conseillé ce praticien qui exerce au sein du CHU dans l’unité psychiatrique.

Autant le dire tout de suite : je réponds très bien à la suggestion. Je pratique souvent la méditation, j’ai fait beaucoup de yoga, je connais bien mon corps, un peu ma tête et je sais assez facilement comment « lâcher prise ». Je suis à la fois sensible et influençable et n’ai donc pas de problème de principe avec l’hypnose (contrairement aux personnes qui cherchent à tout contrôler). Toutefois, même si la séance s’est très bien passée en terme de visualisation et de détente, j’en garde un mauvais souvenir.

La faute au préambule de la séance qui a consisté en un questionnaire très déroutant, où le médecin ne cessait de me couper la parole, de me dire qu’il ne voulait pas « tout savoir », que je faisais « fausse route ». Selon le Dr Gazeilles, à qui j’en ai parlé par la suite, il s’agit de créer des disruptions volontaires pour casser les habitudes mentales du patient, ses repère, ses réflexes et pour induire l’état d’hypnose. J’étais cependant très mal à l’aise, en conséquence de quoi je n’ai ressenti ni bienveillance, ni écoute.

Il m’a ensuite demandé de me concentrer sur un bruit de bébé qui pleurait dans le couloir d’à côté. Je devais exprimer quels étaient les sentiments et les images associés à ce bruit. Puis nous sommes partis, les yeux fermés, vers un voyage mental durant lequel je devais visualiser un endroit de protection, un espace de repos et de repli, chaleureux, accueillant, tout en étant guidée par la voix. Contrairement à l’idée reçue, j’ai gardé un état de conscience durant toute la séance, mais légèrement modifiée, quelque part entre un état de veille et un état de sommeil, un étrange entre-deux plutôt agréable.

La séance a duré 20mn et a plutôt bien fonctionné, selon le praticien lui-même qui établit en fonction des mouvements réflexes du visage le degré d’hypnose auquel nous sommes parvenus. Par ailleurs, cela m’a permis d’établir un « refuge mental » extrêmement précis et « situé » en cas de stress ou d’angoisse, une sorte de camp de base pour s’échapper lorsque la pression devient trop forte et que l’angoisse guette.

Une séance ne me permet pas de dire si le malaise ressenti durant le préambule était le fait d’une personnalité ou bien une véritable démarche de soin. Toutefois, je peux dire que je n’ai pas aimé l’aspect très « directif » et nécessairement « intrusif » de la technique. L’EMDR, séance durant laquelle le patient exprime ses visions ou la méditation, qui sont toutes deux cousines de l’hypnose me conviennent mieux.

MOTS CLÉS

#energie #equilibre #stress #fatigue #infertilite #voyage #famille #histoire #reprogrammation #douloureux #souvenir #emotion #distance #calme #detente 

TROUVER UN PRATICIEN

Chargement de la carte en cours

Chargement

Cette carte indique des praticiens recommandés par des internautes qui ont certifié avoir expérimenté eux-même le thérapeute et avoir été confronté à l’infertilité. Pour l’enrichir, si vous connaissez une bonne adresse d’acupuncteur et que vous êtes ou avez été confronté à l’infertilité, n’hésitez pas à la partager

POUR ALLER PLUS LOIN

* Lien vers boutique d’achat de CD d’auto-hypnose spécifique FIV (10 euros) recommandé par plusieurs personnes

* Un article dans Santé Magazine sur le lien entre FIV et Hypnose

* Un article médical en anglais sur l’aspect bénéfique de l’hypnose dans le traitement de l’infertilité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*